Éclairer le futur est notre métier

Les Tendances de l'informatique, le séminaire suivi par plus de 30.000 professionnels.

En savoir plus !

Ces technologies numériques qui font rupture, un nouveau séminaire de 2 jours.

En savoir plus !

Taille du texte: +

Christine Lagarde : « Il ne serait pas judicieux de rejeter les crypto-assets »

Traduction d’un article de Christine Lagarde, directrice générale du FMI, publié aujourd’hui sur le site du FMI :

« Que la valeur du bitcoin augmente ou qu’elle diminue, tout le monde se pose la même question : quel est exactement le potentiel des crypto-assets ? La technologie derrière ces actifs, y compris blockchain, constitue une avancée passionnante qui pourrait aider à révolutionner d’autres domaines que la finance. Elle pourrait, par exemple, renforcer l’inclusion financière en fournissant de nouvelles méthodes de paiement à faible coût à ceux qui n’ont pas de compte bancaire et, dans le même temps, donner de nouveaux moyens d’action à des millions de gens dans des pays où le revenu moyen est faible.

Ces avantages potentiels ont même conduit certaines banques centrales à envisager l’idée d’émettre elles-mêmes des monnaies numériques. Avant de réaliser ce projet nous devrions cependant prendre du recul et comprendre les dangers qui accompagnent cette promesse.

 

Le péril des crypto-assets

Les crypto-assets – ou ce que certains appellent les crypto-monnaies – sont attrayants pour la même raison qu’ils sont dangereux. Ces offres numériques sont généralement construites de manière décentralisée et sans avoir besoin du soutien d’une banque centrale. Cela donne aux transactions cryptographiques un élément d’anonymat, un peu comme les transactions en espèces. Le résultat c’est un nouveau véhicule pour le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Un exemple récent révèle l’ampleur du problème : En juillet 2017, une opération internationale dirigée par les États-Unis a fermé AlphaBay, le plus grand marché criminel en ligne sur Internet. Pendant plus de deux ans, AlphaBay a vendu des drogues illicites, des outils de piratage, des armes à feu et des produits chimiques toxiques dans le monde entier. Avant la mise hors ligne du site, plus d’un milliard de dollars avaient été échangés grâce à des crypto-assets.

Bien sûr le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme ne représentent qu’une dimension de la menace. La stabilité financière en est une autre. La croissance rapide des actifs cryptographiques, l’extrême volatilité de leurs prix et leurs liens flous avec le monde financier traditionnel pourraient facilement créer de nouvelles vulnérabilités. Nous devons donc élaborer des cadres réglementaires pour relever le défi. De nombreuses organisations ont déjà commencé.

Un exemple positif est le Financial Stability Board (FSB), qui se penche sur les nouvelles règles qui pourraient être nécessaires pour faire face aux progrès des technologies financières. La Financial Action Task Force (FATF), organisme qui établit les normes de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, en est un autre exemple. Le groupe de travail a déjà fourni des conseils utiles sur la manière dont les pays pourraient gérer les cryptomonnaies et autres actifs électroniques.

Le FMI travaille également sur ces questions. L’arrêt du blanchiment d’argent et la lutte contre le financement du terrorisme font partie de notre travail depuis 20 ans. Sur la base des normes établies par le FATF, nous avons effectué 65 évaluations des cadres réglementaires des pays et fourni une assistance au développement à 120 pays. Nos efforts ont principalement consisté à aider nos pays membres à lutter contre le spectre des flux financiers illicites.

Mais nous reconnaissons qu’il reste encore beaucoup à faire pour maîtriser la menace émergente que représentent les actifs cryptographiques et pour assurer la stabilité du système financier. Où pouvons-nous commencer ?

 

Combattre le feu avec le feu

Nous pouvons commencer par nous concentrer sur des politiques qui garantissent l’intégrité financière et protègent les consommateurs dans le “monde crypto”, tout comme nous le faisons pour le secteur financier traditionnel. Les mêmes innovations qui alimentent les crypto-assets pourraient nous aider à les réguler. Pour le dire autrement, nous pouvons combattre le feu avec le feu.

Les technologies des régulateurs et les technologies de surveillance peuvent aider à éloigner les criminels de ce monde. Nous assistons d’ores et déjà dans certains pays à des échanges crypto-actifs soumis à des exigences de connaissance du client. Ces progrès prendront des années à s’affiner et à être mis en œuvre. Deux exemples permettent de mieux comprendre la promesse de cette approche à long terme :

– La technologie des registres distribués (DLT) peut être utilisée pour accélérer le partage d’informations entre les acteurs du marché et les régulateurs. Ceux qui ont un intérêt commun à maintenir des transactions en ligne sûres doivent pouvoir communiquer de façon transparente. La technologie qui permet des transactions globales instantanées pourrait également être utilisée pour créer des registres d’informations client standard vérifiées avec des signatures numériques. Une meilleure utilisation des données par les gouvernements peut également aider à libérer des ressources pour les besoins prioritaires et à réduire l’évasion fiscale, y compris l’évasion liée aux transactions transfrontalières.

– La biométrie, l’intelligence artificielle et la cryptographie peuvent améliorer la sécurité numérique et identifier les transactions suspectes en temps réel. Cela donnerait aux forces de l’ordre une longueur d’avance et leur permettrait d’agir rapidement pour arrêter les transactions illégales. C’est une façon de nous aider à éliminer la “pollution” de l’écosystème des crypto-actifs.

Nous devons également veiller à ce que les mêmes règles s’appliquent pour protéger les consommateurs dans les transactions numériques et non numériques. La Securities and Exchange Commission des États-Unis – et d’autres organismes de réglementation dans le monde – appliquent maintenant les mêmes règles à certaines offres initiales de pièces de monnaie (ICO) que pour les offres de titres standard. Cela contribue à accroître la transparence et à alerter les acheteurs des risques potentiels.

Mais aucun pays ne peut gérer ce défi seul.

 

Coopération internationale indispensable

Pour être vraiment efficaces, tous ces efforts exigent une coopération internationale étroite. Puisque les crypto-assets ne connaissent pas de frontières, le cadre pour les réguler doit également être global. La fermeture réussie d’AlphaBay, par exemple, impliquait la coopération d’Europol et des forces de l’ordre aux États-Unis, en Thaïlande, aux Pays-Bas, en Lituanie, au Canada, au Royaume-Uni et en France. 

Les pays devront décider collectivement que cette voie vaut la peine d’être poursuivie. Il est encourageant de noter que le Groupe des Vingt (G-20) a accepté de mettre des actifs cryptographiques à l’ordre du jour de son sommet de novembre 2018 en Argentine. Le FMI jouera son rôle dans cet effort. Grâce à notre large composition et à notre expertise quasi universelle, y compris dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, nous sommes idéalement placés pour servir de forum pour aider à développer des réponses dans l’espace évolutif des actifs cryptographiques.

 

Quelle est la suite pour les cryptos ?

La volatilité des crypto-assets a suscité un débat intense sur la question de savoir s’il s’agit d’une bulle, d’une simple mode ou d’une révolution équivalente à l’avènement d’Internet qui perturbera le secteur financier et remplacera éventuellement les monnaies fiduciaires. La vérité est évidemment quelque part entre ces extrêmes.

Comme je l’ai déjà dit, il ne serait pas judicieux de rejeter les crypto-assets ; nous devons accueillir leur potentiel mais aussi reconnaître leurs risques. En travaillant ensemble et en tirant parti de la technologie pour le bien public, nous pouvons exploiter le potentiel des crypto-actifs tout en veillant à ce qu’ils ne deviennent jamais un refuge pour les activités illégales ou une source de vulnérabilité financière. »

Source : imf.org 

Un lien direct établi entre pollution de l'air et ...
Feed Import (14 mars 2018)
 

Commentaires

Pas encore de commentaire
Already Registered? Login Here
Guest
samedi 22 septembre 2018

Image Captcha

Copyright © 2018 SLA
167 Chemin des Combes 74110 Essert-Romand - tel : 04.50.83.06.79 - Mobile : 06.75.23.84.11

Mentions légales    -    Politique de confidentialité    -    Plan du site

IMPORTANT

copyright

 Notre blog est un blog de Curation, aussi les articles publiés proviennent-ils de différents flux RSS et nous ne prétendons, en aucune manière, nous en attribuer la paternité. Si vous souhaitez lire l'article original sur le site d'origine, il vous suffit de cliquer sur "Lien d'origine " qu se trouve à la fin de l'article.

Traduire

frendeitptrues

Rechercher

CES 2018

Un CES qui fait whoa !

Regard sur le CES 2018

Témoignages

Ils ont assisté à nos séminaires et ils donnent leurs avis.

Ce que les participants en pensent

Programme 2018

Aller au haut